ZYLLA
comrank
32 ans (F)
France (34)
Wednesday 06 July 2005 à 21:51
Citer +Citer
Le contenu de cette page est destiné à un public adulte !

J'ai moins de 18ans et/où je ne souhaite voir le contenu de ce topic!


Sommaire :

1ere partie : Mon approche ma vision du sexe anal/ pourquoi j’aime autant cela !
2eme parties : Tout sur la sodomie : anatomie, physiologie, premier rapport, plaisir, risque….

3eme parties : Histoire de la sodomie

4eme parties : Les positions



Je vais essayer de répondre à vos attentes par le biais de ce topic

Comme c'est la règle pour toute pratique sexuelle, l'objectif premier du sexe anal est la recherche du plaisir et l'épanouissement dans sa propre libido. Les chemins qui mènent au plaisir sont variés et variables selon les individus, mais dans tous les cas, il s'agit d'une alchimie entre les sensations physiques perçues et le sens que l'on peut donner à l'acte en lui-même.
Ainsi, une pratique sexuelle sera considérée comme particulièrement plaisante si elle arrive à conjuguer plaisir physique et cérébralité.

1ere partie : Mon approche ma vision du sexe anal/ pourquoi j’aime autant cela !

La sodomie représente pour moi l'acte sexuel abouti par excellence, puisque c'est la pratique sexuelle pour laquelle cette alchimie "plaisir physique/cérébralité" fonctionne le mieux pour moi.

Cérébralité…

La sodomie véhicule une cohorte de symboles qui sont autant d'éléments qui contribuent à la monter de mon excitation puis de mon plaisir :

Le Tabou...
Tant au niveau social, que culturel ou religieux, la sodomie reste tabou : la pratiquer, c'est transgresser un interdit, avec toute l'excitation que cela peut impliquer.

Le don de soi...
Pour moi, demander à mon partenaire de me sodomiser, c'est me livrer à lui dans ce que je peux avoir de plus intime, de plus personnel. M'offrir analement, c'est m'offrir entièrement, pleinement, sans aucune retenue.

Le détournement...
L'idée d'utiliser un orifice qui initialement n'est pas dédié au sexe afin de prendre du plaisir est un concept particulièrement excitant. J'aime l'idée de détourner cette partie de mon corps de sa vocation initiale. J'aime repousser mes limites, explorer mon corps.

Plaisir Physique…

Pour moi, les sensations physiques que je peux ressentir au décours d'une sodomie sont particulièrement riches, beaucoup plus riches, beaucoup plus variées, que ce qu'elles peuvent être par un rapport vaginal.

La pénétration…
L'instant de la pénétration est un moment particulièrement fort. J'aime cette sensation d'être forcée, au moment où le sexe de mon partenaire entre en moi. J'aime les pénétrations un peu hardies, où la douleur cède rapidement la place au plaisir. J'aime sentir mon anus lutter puis se dilater progressivement, jusqu'au relâchement total.

La diversité…
A titre personnel, la sodomie m'apporte une palette de sensations beaucoup plus diversifiées qu'à la suite d'une pénétration vaginale. Les sensations évoluent au cours du rapport, fonction des positions, du rythme de mon partenaire, de l'état de dilatation de mon sphincter.

Pour certaines personnes un bon repas comportera forcement un plat de fromages, pour moi un bon moment au lit ne s'envisage pas sans sodomie.

J'espère qu'au travers ce petit exposé j'aurais répondu aux attentes de certains d'entre vous…

Ce message a été modifié par ZYLLA - Wednesday 06 July 2005 à 22:23.
ZYLLA
comrank
32 ans (F)
France (34)
Wednesday 06 July 2005 à 21:57
Citer +Citer
2eme parties : Tout sur la sodomie : anatomie, physiologie, premier rapport, plaisir, risque….


Cette pratique sexuelle fait beaucoup parler d'elle et beaucoup trop d'idées reçues et d'informations erronées circulent à son sujet. Il me semblait donc intéressant de pouvoir en parler librement; telle que je l'envisage, en y mêlant ma vision de femme, de sodomite.

Pour permettre une bonne approche de cette pratique, il est important de comprendre le fonctionnement et les particularités anatomiques de cette région.

Anatomie et Physiologie de l'anus et du rectum :

L'anus est formé de deux sphincters :

Le premier, le sphincter externe, est composé de muscles striés qui sont sous le commandement de notre volonté. C'est lui que l'on sollicite et que l'on relâche lorsque nous décidons d'aller aux toilettes.

Le second, le sphincter interne, est lui formé de muscles lisses, dont la commande échappe complètement à notre volonté. Il nous permet de conserver notre continence tout au long de la journée. C'est lui qu'il faut amadouer avant une sodomie, afin le dilater progressivement et de permettre un rapport sans douleur.

Le rectum, lui, prolonge la portion terminale du colon. En forme d'ampoule, il est tapissé d'une muqueuse, beaucoup plus fragile que la muqueuse vaginale, dont la particularité est de ne secréter aucune lubrification. C'est pour cela qu'il est primordial d'une part de préserver cette fragile muqueuse, et d'autre part d'utiliser un lubrifiant avant tout rapport anal.

La paroi rectale est très riche en terminaisons nerveuses, mais ces dernières sont différentes de celles que l'on peut retrouver au niveau vaginal, et elles ne rejoignent pas les mêmes régions de la moelle épinière. C'est pour cela que les réactions face à la sodomie peuvent être très différentes selon les individus : pour certaines personnes, la stimulation de ces terminaisons nerveuses véhiculera du plaisir, alors que pour d'autres elle sera plutôt responsable de douleur ou d'inconfort.

Au niveau anatomique, la principale différence qu'il existe entre le rectum de l'homme et celui de la femme se situe au niveau de la face antérieure de l'ampoule rectale, qui chez l'homme est en rapport avec la prostate. Pour la femme, la paroi antérieure du rectum est aussi la paroi postérieure du vagin, et la stimulation de cette paroi antérieure rectale entraîne une stimulation des terminaisons nerveuses situées au niveau de la paroi postérieure vaginale. Il est donc primordial, surtout lors de premiers rapports anaux, de privilégier les positions qui favoriseront la stimulation de cette paroi rectale antérieure, afin de laisser à votre partenaire toutes les chances de découvrir le plaisir anal.


Une femme peut-elle avoir un orgasme en se faisant sodomiser ?


Comme dans toute relation sexuelle, la notion de plaisir et d'orgasme, est très subjective, et reste fonction des individus… la sodomie n'échappe pas à cette règle. Les sensations perçues lors de la sodomie varient d'une personne à l'autre. La pénétration anale procurera du plaisir et sera une pratique érotique pour certaines femmes alors que d'autres ressentiront de la douleur ou percevront un inconfort, plus ou moins liés aux conditions et à la technique utilisée.

Il est cependant beaucoup plus difficile d'obtenir du plaisir ou un orgasme par la sodomie que par un rapport vaginal. Outre les sensations purement physiques ressenties, et les conditions techniques dans lesquelles se passe la sodomie, le plaisir anal chez la femme est avant tout un plaisir très cérébral. La sodomie est une variante sexuelle au cours de laquelle celle qui s'y adonne brise un tabou, passe un interdit et se livre autrement à son partenaire, dans ce qu'elle peut avoir de plus intime.

Quels sont les principaux risques liés à la sodomie ?

Comme toute pratique sexuelle, la sodomie comporte quelques risques, qui, si on les connaît, peuvent facilement être prévenus.

Une allergie à un lubrifiant ou au latex du préservatif est toujours possible, en anal comme en vaginal…

Au cours d'un rapport anal, il faut principalement se méfier des petites déchirures anales ou des microfissures rectales, par des ongles trop longs, des accessoires mal adaptés ou encore une pénétration trop hardie.

Une irritation passagère, voir une rectite (inflammation du rectum), sont toujours possibles après quelques brusqueries.

Il faut enfin et surtout parler des risques infectieux : mycose, MST (au rang desquelles on retrouve le SIDA)… qui sont communes à toutes pratiques sexuelles, mais dont la fréquence est peut-être plus importante au décours d'un rapport anal. Il est important d'éviter de procéder à des contacts vaginaux après les contacts anaux sans changer de préservatif ou encore sans bien laver le pénis, sinon il y aurait risque de véhiculer des matières fécales et de provoquer des infections vaginales.

Pour ma part, je n'ai à ce jour noté aucun inconvénient majeur à la pratique régulière de la sodomie.

La sodomie peut-elle responsable de lésion du sphincter anal, voir d'incontinence ?

Vous constatez que le sphincter anal reste ouvert après une pénétration anale. Comme je l'explique précédemment; l'anus est un sphincter, un muscle circulaire, contracté en permanence de façon purement réflexe. Il est donc fréquent que le sphincter reste ouvert quelque temps après un rapport anal pour ensuite se refermer.

En se référant à la littérature médicale, il n'existe pas d'effets négatifs de la sodomie à long terme lorsque cette pratique est effectuée avec les précautions de base. De nombreuses croyances portent les gens à croire que le sphincter anal pourrait demeurer dilaté de façon irréversible, et que ceci pourrait entraîner une l'incontinence. S'il est vrai qu'un anus, par trop contracté et forcé par quelque sexe volontariste, peut être à l'origine d'une déchirure anale (ou également d'une déchirure du frein du partenaire) ; la sodomie si elle est pratiquée de façon consentante par les deux partenaires, en s'entourant des précautions liées à ce type de rapport, ne présente pas de risque d'incontinence anale.

Comment appréhender un premier rapport anal ?

La sodomie doit être un acte volontaire, entre deux partenaires consentant ! N'est-ce pas Messieurs ? Il est inutile de forcer une partenaire à cette pratique si elle ne le désir pas aussi : l'expérience sera pour elle pénible, douloureuse et désagréable…

La première règle est donc le consentement mutuel : votre partenaire dois avoir envie de s'initier à cette nouvelle voie dans sa sexualité… Elle doit appréhender la sodomie comme une expérience nouvelle, une façon de pimenter et de diversifier sa sexualité ; tout en brisant un tabou, un interdit.

Quels préparatifs avant un rapport anal ?

La pratique de la sodomie n'est pas s'en s'exposer à de petits dérapages que j'appellerais 'caca' et qui peuvent 'bloquer' certains d'entre vous… Ceux-ci peuvent facilement être évités par l'utilisation préalable d'un petit lavement. Pour ma part j'utilise une petite poire que je remplie d'eau tiède, à laquelle j'ajoute le contenu d'une ampoule d'huile de paraffine.

L'utilisation d'un lubrifiant est ensuite obligatoire pour faciliter la pénétration. Il faut impérativement utiliser un lubrifiant à base d'eau qui ne sera pas agressif vis-à-vis de la muqueuse rectale, et qui n'attaquera pas non plus le latex du préservatif. La vaseline est, à ce sujet, à proscrire !

Quels préliminaires ?

La préparation à la pénétration est ensuite une phase primordiale, afin de dilater progressivement le sphincter anal, et de le préparer à la pénétration. Les préliminaires jouent alors un rôle capital : ils doivent être longs et progressifs, utilisant d'abord la langue ou un doigt, puis plusieurs doigts ou quelques gadgets sexuels adaptés. Quand votre partenaire se sent prête, et uniquement à ce moment là, vous pourrez tenter une pénétration anale. Si les préliminaires sont là pour préparer physiquement votre partenaire, en dilatant progressivement son sphincter anal; c'est aussi le moment pour vous d'évaluer ses réactions et sa réceptivité au plaisir anal. Alors ne vous focalisez pas sur votre propre plaisir, ne vous laissez pas emmener par votre propre excitation, et restez à l'écoute de votre partenaire...

Quelle position pour une première fois ?

Pour une 1ère fois, il est capital de laisser sa partenaire diriger la pénétration. La meilleure position reste celle dite du 'COWBOY ou Posture du Chevauchement' : L'homme s'allonge sur le dos tandis que sa partenaire s'agenouille au dessus de lui, face à lui et entoure ses cuisses avec les siennes, maîtrisant ainsi complètement la pénétration... à son rythme.

(Jetez un petit oeil sur le topic Kama-Sutra)

Et ensuite ?

L'objectif est, ne l'oublions pas, un plaisir mutuel et réciproque… alors si le plaisir est au rendez-vous, rien empêche ensuite d'en tester les limites … Certains préféreront se passer d'un lavement, afin préserver une certaine spontanéité... D'autres utiliseront leur salive ou les sécrétions de leur partenaire en guise de lubrifiant… Les préliminaires se feront plus ou moins longs, plus ou moins intenses, en fonction des envies de chacun… Les positions se diversifieront… et la sodomie prendra ainsi progressivement sa place au sein de votre sexualité…
ZYLLA
comrank
32 ans (F)
France (34)
Wednesday 06 July 2005 à 21:58
Citer +Citer
3eme parties : Histoire de la sodomie



Voici un petit article très intéressant, qui fait le tour des pensées présentes et passées qui entourent la sodomie... Bonne lecture !
La sodomie n'est pas le dernier truc sexuel en vogue. Dans la Bible, deux villes où les moeurs étaient plutôt olé olé furent détruites par la colère de Dieu. L'une d'elles s'appelait Sodome...

Dans la Grèce antique, les professeurs estimaient qu'il n'y avait pas de meilleur moyen pour transmettre force, sagesse et virilité à leurs élèves. Et à une époque où la pilule n'avait pas encore envahi les pharmacies, force est d'admettre que cet orifice pouvait s'avérer pratique... dès qu'on voulait assurer ses arrières ! Après avoir appris qu'une de ses consoeurs était enceinte, la célèbre cantatrice française du XVIIe siècle Sophie Arnould aurait même dit haut et fort qu'"une souris qui n'a qu'un trou est bientôt prise".

Contrairement aux chefs religieux de l'empire perse, qui sont allés jusqu'à rédiger des codes encourageant la sodomie afin de limiter le nombre trop florissant de naissances, les Pères de l'Église et les théologiens se sont empressés de lui trouver un petit côté pas très catholique, justement à cause de ça! Réprouvant tout rapport charnel ne menant pas à la procréation, ils ont fini par en faire un péché contre nature plus grave que l'inceste ou le rapt d'une religieuse ! Et pour être sûrs d'empêcher les hommes et les femmes de se livrer à ces accouplements "désordonnés", ils n'ont eu aucun scrupule à leur coller carrément l'Inquisition aux fesses ! Après tout, il ne peut y avoir que du Satan là-dessous!... Sinon, comment expliquer que de bons croyants puissent ainsi se laisser tenter par des plaisirs rigoureusement défendus? La suite n'a rien de réjouissant. S'ils ne terminaient pas leurs jours sur le bûcher, à l'instar d'une certaine Antide Colas de Bétoncourt qui confessa en 1599 que le diable lui rendait visite par cette "porte", les amateurs de cette pratique étaient pratiquement condamnés à mourir de faim, puisqu'on leur prescrivait entre 3 et 15 ans de jeûne pour se "racheter".

Au XIXe siècle, les premiers psychiatres dressent un tableau des perversions sexuelles, qui inclut bien sûr la sodomie. En 1948, alors qu'une Amérique ultra-conservatrice et pudibonde se relève à peine de la guerre, le chercheur Alfred Kinsey lance une bombe: dans son célèbre rapport sur les moeurs sexuelles des Américains, il n'hésite pas à dévoiler que 69 % des hommes ont fréquenté des prostituées, 92 % se masturbent et 60 % pratiquent le cunnilingus. La révélation fait scandale. Pire: il reconnaît même que la région anale aurait un potentiel érotique pour la moitié de la population environ, sans toutefois entrer dans les détails. Lorsqu'on sait qu'encore aujourd'hui 15 États américains ont des lois anti-sodomie, visant autant les hétéros que les gays, qui prévoient (en théorie) des peines allant de 300$ d'amende à la prison à vie! - au Canada, la loi anti-sodomie a été révoquée en 1969 par Pierre Elliott Trudeau -, il faut avouer que Kinsey ne manquait pas d'audace. Mais surprise! Alors qu'on aurait pu penser qu'un pareil pionnier du sexe ne pouvait nourrir des scrupules marqués par la morale, voilà qu'on découvre bien des années plus tard qu'il avait aussi recueilli des données précises concernant la sodomie. D'après ses travaux, 11 % des couples mariés ont admis avoir essayé la sodomie. Mais on est en 1948... Le sujet était sans doute encore trop tabou pour qu'il ose s'y frotter de plus près en divulguant ces chiffres

Ignorance, poids des conventions, dégoût, culpabilité, gêne... Ça finit par peser bien lourd pour un petit mot de trois syllabes! "Culturellement, on n'accepte pas trop la sodomie parce que cette pratique est peut-être trop XXX au goût des gens, estime la sexologue et thérapeute Sylvie Lavallée. On peut aller piger dans diverses fantaisies, mais ce ne sera pas la première option retenue, car celles qui ne l'ont jamais essayée ont peur de la douleur, de l'inconnu. En plus, la femme peut avoir l'impression d'être dominée, rabaissée. Ça n'a rien à voir avec le fait qu'elle soit prude ou non. Il y a quelque chose de bestial dans cet acte, et elle ne veut pas passer pour une nympho ou une putain." Du coup, même les prostituées se montrent réticentes à l'idée d'offrir ce service à d'illustres inconnus. "C'est pas complètement tabou, mais c'est rare que les filles en parlent, dit Sylvie Caron, agente de liaison pour Stella, un regroupement des travailleurs et des travailleuses du sexe. Dans le métier, elles aimeront mieux faire une fellation parce que ça ne les implique pas, c'est rapide et c'est de l'argent vite fait. Mais c'est sûr qu'il y en a parfois qui vont pratiquer la sodomie parce qu'elles ont besoin d'argent et qu'elles peuvent demander plus cher pour ça. Mais de toute façon ce n'est pas ce que les clients préfèrent."

Pour y prendre plaisir, ou au moins l'apprécier à l'occasion, il faut au départ qu'on soit plutôt branchée sur la variété et sur le sexe - comme les lectrices du magazine Playboy, qui à 61 % ont expérimenté la sodomie (sondage mené au début des années 80). "Lorsque des partenaires vivent ensemble depuis longtemps, arrive un moment où ils tombent dans la routine et peuvent avoir envie d'explorer autre chose, pense Sylvie Lavallée. Ça prend une très grande entente entre les deux, car il y a quand même une grande différence entre l'une ou l'autre des pénétrations." Autrement dit, vaut mieux s'abstenir de pratiquer la sodomie sans un minimum de préparatifs. Sinon, c'est un peu comme si on se lançait du haut d'un building sans parachute: on risque un atterrissage douloureux. "J'ai voulu essayer ça le mois dernier avec ma copine, mais comme on ne l'avait jamais fait ni l'un ni l'autre, on ne savait pas trop comment s'y prendre, rapporte Érick, 34 ans. Ça lui a fait tellement mal qu'elle m'en parle encore."

C'est que cette région est pourvue d'un grand nombre de terminaisons nerveuses, ce qui en fait une zone érogène archi-sensible. Chaque femme ne ressentira pas tout à fait la même chose, puisque certaines trouveront ça carrément inconfortable ou douloureux, alors que d'autres éprouveront du plaisir. Il n'y a pas de norme. "C'est une forme de jouissance vraiment très différente qui ne donne pas d'orgasme, mais j'ai appris à l'apprécier avec le temps, rapporte Julie, 31 ans. Plus on le fait, meilleur c'est, car les inhibitions tombent et on sait davantage comment s'y prendre." Et si on veut éviter le genre d'expérience traumatisante qu'a connue la copine d'Érick, il faut beaucoup de patience et une triple dose de douceur. Pas question de faire ça à la sauvette pendant la pause publicitaire! C'est d'ailleurs ce qui lui donne son petit plus car, justement, les préliminaires durent habituellement nettement plus longtemps que lors d'une relation ordinaire. "En fait, c'est le genre d'affaire que tu fais quand tu veux avoir une relation sexuelle qui se prolonge, confie Martin, 38 ans. L'autre grande différence, à mon avis, c'est que ce n'est pas un acte amoureux mais un acte sexuel où tu as l'impression de faire quelque chose de plus osé.".

Comme le dit si bien Sylvie Lavallée, il ne faut pas avoir peur de pimenter sa sexualité, parce que ça rehausse le goût de la sauce! "Moi, c'est le côté tabou de la sodomie qui m'excite, relate enfin Catherine, 29 ans. J'ai alors l'impression de franchir les limites du politically correct. Et ça, pour faire monter l'adrénaline, c'est drôlement plus efficace qu'une virée en moto!" Elle n'est pas devenue une accro de la sodo pour autant mais, une fois de temps en temps, elle aime bien. "Après sept ans de vie commune, il faut avouer que ça met du piquant", ajoute-t-elle.

"Les couples qui la pratiquent aiment jongler entre romantisme et perversité, explique Sylvie Lavallée. Ils sont à la fois capables de faire l'amour et d'avoir des relations hors de l'ordinaire, plus génitales, parce qu'ils sont très à l'aise avec leur corps et qu'ils peuvent atteindre un autre niveau d'intimité avec leur partenaire. À mon avis, ce n'est donc pas quelque chose qu'on fait le premier soir avec une personne qu'on vient tout juste de rencontrer, parce que c'est assez anti-romantique, merci!" Il faut aussi qu'on soit ouverte aux fantasmes de l'autre, puisque dans la majorité des cas, c'est lui qui risque d'amener le sujet sur le matelas. "Mais si une personne ne désire pas essayer la sodomie, il ne faut pas la forcer, s'obstiner ou lui faire croire qu'elle doit absolument le faire, souligne Marc Ravart, psychologue et sexologue en pratique privée et attaché à l'Unité de la sexualité humaine à l'Hôpital Général de Montréal. Il n'y a rien qui dit qu'une femme libérée doit intégrer la sodomie à son répertoire sexuel. Mais si elle en a le goût, c'est son choix!"
ZYLLA
comrank
32 ans (F)
France (34)
Wednesday 06 July 2005 à 21:59
Citer +Citer
4eme parties: Les positions pour la sodomie...

Après les crash-tests, je vous propose sur cette page mes anal-tests…


1-Le Cow-Boy ou Position du Chevauchement


L'homme s'allonge sur le dos tandis que sa partenaire s'agenouille au dessus de lui, face à lui et entoure ses cuisses avec les siennes. La femme est libre et active : elle choisit le rythme de la pénétration, sa vitesse et le type de mouvement. L'homme est passif, évitant ainsi les mouvements inappropriés. C'est pour moi la position idéale pour s'initier à la sodomie. Je conseille à la femme de guider au début le sexe de l'homme avec sa main, afin de l'axer idéalement.


la seule difficulté de cette position est liée à la bonne introduction initiale du sexe de l'homme dans l'anus de sa partenaire

ce n'est pas ma position favorite, ce n'est pas non plus en général la position favorite des hommes; mais c'est le plus souvent celle que préfère les femmes pour débuter avec la sodomie : contact physique maximum entre les 2 partenaires qui se voient et se font face, et contrôle total de la pénétration par la femme


2-L'union de l'abeille


La femme s'assoit sur le pénis de son partenaire, lui même assis et les jambes dépliées en avant. La femme peut alors aller et venir verticalement en s'appuyant sur les mains et les jambes. L'homme accompagne le mouvement en la soulevant par les fesses ou les cuisses.


position assez physique dans la durée, surtout pour l'homme

position permettant une bonne amplitude dans le mouvement et une pénétration anale en profondeur


3-L'union de l'aigle



Allongés sur le côté, les deux partenaires s'enlacent les bras et les jambes, la femme enserrant la taille de son partenaire entre ses cuisses. L'homme replie légèrement ses jambes pour faciliter la pénétration.


l'homme doit plier suffisamment ses cuisses entre celles de sa partenaire, pour réussir à la pénétrer analement

l'amplitude de mouvement est limitée et la pénétration peu profonde


4-La position de l'Amazone


L'homme est assis sur une chaise. La femme s'assoit en amazone sur l'une des cuisses de son partenaire et guide le pénis jusqu'à l'anus. Une fois le pénis introduit, elle pourra contracter ses muscles fessiers pour garder la pénétration, et éviter les sorties inopinées.


surtout délicat pour la femme qui doit contrôler ses mouvements pour éviter toute sortie de son partenaire

position dont les possibilités de mouvements sont limitées, mais très sensuelle

Ce message a été modifié par douce évi - Tuesday 19 December 2006 à 11:25.
ZYLLA
comrank
32 ans (F)
France (34)
Wednesday 06 July 2005 à 21:59
Citer +Citer
5- La position d'Andromaque



L'homme est couché sur le dos, sa partenaire se place au dessus de lui, en position accroupie ou agenouillée, le buste complètement redressé. Elle contrôle parfaitement la profondeur et le rythme de la pénétration (tout comme la position du Chevauchement, la position d'Andromaque est idéale pour débuter

l'angle de pénétration est parfois inconfortable pour l'homme, voire douloureux si la verge se plie

le sexe de l'homme est ici parfaitement aligné dans l'axe du rectum de sa partenaire

6- L'union de l'Antilope



A genoux sur le sol, la femme se redresse en prenant appui contre le bord du lit. L'homme la pénètre par derrière, dressé sur les genoux.

la seule difficulté est de trouver l'angle idéal dans cette position

après 3 minutes... ouille les genoux sur la moquette !


7- La position de l'indra


L'homme se dresse sur ses genoux, la femme allongée sur le dos ramène ses pieds contre le buste de son partenaire. L'homme se penche en avant pour comprimer les cuisses de la femme contre ses seins.

pas de difficulté particulière, mais à réserver aux sodomites confirmées de par l'intensité des sensations ressenties !

une de mes positions favorite ! Pénétration maximale et très profonde, forte stimulation grâce entre autre à la compression du ventre

Variante : La posture de l'arbre à fruit



Une variante de la position de l'Indra procurant des sensations similaires tout en diminuant la sensation d'écrasement exercée par l'homme sur sa partenaire. La femme garde une jambe sur le buste de l'homme et libère l'autre en la dépliant sur le côté.

un peu plus technique que l'indra

un peu moins "riche" en sensations également ! mais tout de même un bon 8.5 sur 10 pour moi !

Ce message a été modifié par douce évi - Tuesday 19 December 2006 à 11:26.
ZYLLA
comrank
32 ans (F)
France (34)
Wednesday 06 July 2005 à 22:00
Citer +Citer
8- La posture de la balance



Position très adaptée à la pratique de la sodomie. L'homme est assis sur le bord du lit ou sur une chaise. Sa femme lui tourne le dos avant de s'asseoir sur ses cuisses. Une fois le pénis dans son rectum, elle peut alors se pencher en avant pour atteindre une position d'équilibre et se balancer le long du pénis. Pour stabiliser la position, la femme prendra appui sur les genoux de l'homme qui la retiendra par les seins.

la position d'équilibre est difficile à maîtriser

Position permettant une pénétration assez profonde et une bonne amplitude de mouvement vertical. Les 2 partenaires ne se voient pas et pourtant la surface de contact est importante. Position très sensuelle


9- La posture de la balançoire

La femme tourne le dos à son partenaire et peut au choix s'asseoir sur lui, les pieds servant d'appui, ou bien s'agenouiller de part et d'autre des hanches de son partenaire, cette dernière position favorisant une plus grande amplitude de stimulation.

l'angle de pénétration peut être inconfortable pour certains hommes

position offrant à l'homme un angle de vue exceptionnel sur la sodomie et un panorama très excitant sur les fesses de sa partenaire. Autorise une grande amplitude de mouvement -particulièrement dans la version agenouillée- pour apporter un plaisir maximal


10- La posture de la charrue




Allongée sur le dos, la femme porte ses fesses sur le bord du lit et enserre de ses jambes les reins de son partenaire. L'homme s'agenouille sur le sol pour la pénétrer en gardant la verge horizontale, parallèle à l'axe du rectum.
Variante : L'homme peut se tenir debout tandis que la femme s'allongera sur un bureau ou une table.

le confort et la faisabilité de cette position dépendent en grande partie de la hauteur du lit ou de celle de la table

l'alignement horizontal de la verge et du rectum procure des sensations différentes de celles procurées lorsque la pénétration se fait du haut vers le bas. la pénétration est profonde et la position très excitante, particulièrement pour la variante pratiquée debout


11- L'union du crabe


La femme chevauche de dos son partenaire, allongé sur le lit. Elle guide le pénis dans son anus puis bascule en arrière en prenant appui sur ses bras. Elle peut ensuite aller et venir verticalement en actionnant ses jambes.


position à fois physique et technique. Risques de sortie involontaire en cas de mouvements trop rapides et incontrôlés

angle de pénétration original, mais trop vite fatiguant

Ce message a été modifié par douce évi - Tuesday 19 December 2006 à 11:27.
ZYLLA
comrank
32 ans (F)
France (34)
Wednesday 06 July 2005 à 22:01
Citer +Citer
12- La posture des cuillères



La femme s'allonge sur le côté les jambes pliées en chien de fusil. L'homme se place derrière et épouse les contours du corps de sa partenaire pour la pénétrer. Il peut alors facilement caresser ses seins et son clitoris tout en l'embrassant dans la nuque et derrière les oreilles.

introduction parfois peu aisée dans cette position

position douce et reposante favorisant les caresses et l'intimité du couple

13- L'union de la déesse



L'homme est assis sur le lit, éventuellement le dos au mur pour un meilleur appui. La femme s'assoit sur son pénis en le guidant vers son anus puis enserre les reins de son partenaire avec les jambes.

position particulièrement facile à réaliser

position très intime, mais également très profonde, permettant entre autre au couple de s'embrasser, de s'enlacer


14- L'union de l'éléphant




A partir de la position en levrette, La femme s'affaisse doucement pour que l'homme la recouvre intégralement. La femme peut laisser ses jambes ouvertes pour faciliter la pénétration ou bien serrer ses cuisses l'une contre l'autre pour enserrer plus fermement la verge dans son rectum.
Variante : L'homme peut se redresser sur ses avant-bras pour soulager un peu sa partenaire et la pénétrer plus vigoureusement.

parfois un peu fatiguant pour les hommes peu résistants physiquement !

contact physique maximum entre les 2 partenaires mais liberté de mouvement quasi nulle pour la femme qui peut se sentir "écrasée" sous un partenaire trop bien portant !

15- L'union de l'émeu




Le couple debout, la femme tourne le dos à son partenaire. L'homme l'attire contre lui et la pénètre par derrière. En se penchant vers l'avant, la femme modifie l'angle de la pénétration et la rend plus profonde.
Variante : la femme peut prendre appui sur un mur ou une baie vitrée, ou poser son buste sur une table ou un bureau. Elle pourra alors totalement se laisser aller et l'homme pourra la pénétrer plus vigoureusement.

nécessite une bonne condition physique pour les 2 partenaire car position fatigante dans la durée. Position difficile si les 2 partenaires sont de tailles très différentes.

une de mes position favorite avec l'Indra. Pénétration profonde, et amplitude de mouvement maximale.

Ce message a été modifié par douce évi - Tuesday 19 December 2006 à 11:29.
ZYLLA
comrank
32 ans (F)
France (34)
Wednesday 06 July 2005 à 22:02
Citer +Citer
16- La posture de l'enclume


Allongée sur le dos, la femme vient placer ses pieds sur les épaules de son partenaire. Cette position favorise une pénétration très profonde. A évitez pour les novices !

position nécessitant une bonne souplesse de la femme

c'est pour moi la position qui permet la pénétration anale la plus profonde. Attention sensations garanties !

17- L'union du loup



Les 2 partenaires debout, la femme tourne le dos à son partenaire. L'homme l'attire contre lui et la pénètre par derrière. La femme bascule totalement en avant et prend appui sur un support bas (coussins, table basse).

fonction de la taille des partenaires = difficilement réalisable si les 2 partenaires sont de tailles différentes

très bonne profondeur et amplitude, mais vite fatiguant !

18- L'union du singe



L'homme est allongé sur le dos, les jambes relevées. La femme s'assoit sur l'arrière des cuisses de son partenaire, en utilisant les pieds de l'homme comme un dossier. Les 2 partenaires se saisissent par les poignets pour assurer une bonne stabilité. L'homme peut alors soulever sa partenaire avec les pieds pour initier une stimulation verticale. La femme peut aussi apporter une stimulation supplémentaire en faisant onduler son bassin dans un mouvement latéral circulaire.

position TRÈS difficile à maîtriser.

position originale et amusante.

19- L'union de la vache ou levrette



Une position classique universellement appréciée pour l'excitation et les sensations intenses qu'elle procure aux deux partenaires. La femme à quatre pattes se fait pénétrer par derrière par l'homme dressé sur ses genoux.
Variante : La femme peut rendre la position encore plus confortable en utilisant quelques oreillers pour prendre appui sur ses coudes




@la page d'amélie.

Ce message a été modifié par douce évi - Tuesday 19 December 2006 à 11:31.
Ferme   ^


Suggestion de sujets



A voir sur le portail Livenet.fr Actu et culture
Vie Quotidienne
Arts et loisirs
High tech
Amour et sexe
Musique
Real TV
Nos partenaires Partenaires : php - Vidéos - PS3 - Cinéma - voyage - Séries en DVD - Jeux gratuits
Contact et infos Le blog Livenet
Suggestions sur Livenet
Aide générale Livenet - Aide du Forum
Charte du forum
Mentions légales
Reporter un abus
Reporter un bug

Copyright © 2004-2013 Tigersun - Tous droits réservés - Powered By IP.Board © 2014  IPS, Inc.