A voir sur Livenet :

Derniers Sujets

Vous êtes ici : Livenet > Forums > Livres et Bds

Les Poetes Maudits

Ancien72
comrank
34 ans (F)
Autre pays d'Asie
Monday 17 July 2006 à 22:13
Citer +Citer
Au XIX eme siecle se detacha du Romantisme une tendance plus marginale
Ce courant etait le fait d hommes au destin tourmenté,ayant souvent des conduites aux frontieres de la lucidité....et "transformant la boue en or" selon le terme de Baudelaire leur chef de file....sublimant le morbide pour creer des mondes uniques....au parfum veneneux et ou il est si doux de se perdre....
Nous pouvons citer parmi eux outre le grand Charles,Lautreamont,Tristan Corbiere,Maurice Rollinat,Nerval,Rimbaud,Verlaine...
Et rattacher a ce courant des auteurs comme Edgar Allan Poe,Mary shelley(roman gothique)

Quels sont vos preferes?
votre avis sur ce courant litteraire est ici le bienvenu!!!

N hesitez pas aussi a y poster vos textes preferes! happy.gif


Ce message a été modifié par sandie72 - Monday 17 July 2006 à 22:14.
Mister_Saltarello
comrank
Monday 17 July 2006 à 22:37
Citer +Citer
J'adore, chez ceux qu'on appelle plus précisément les Décadents, la concomitance d'un raffinement extrême et d'une imagination macabre débridée.


Express
comrank
Monday 17 July 2006 à 23:28
Citer +Citer
Je t'arrête de suite Sandie: ce n'est pas un courant, ni une école. Simplement une appellation donnée par Verlaine dans une plaquette d'étude consacrée, entre autre, à son cher Rimbaud et à Corbière.

Baudelaire n'a jamais cautionné (cf correspondance de 1865-66) les jeunes poètes (dont Verlaine, évidemment...) qui se réclamaient de lui. Tous ces poètes-là furent des solitaires ne se voulant d'aucune école... flirtant avec le Parnasse ou le romantisme finissant ou les cénacles spéciaux style "hydropathes"... mais en aucun cas ce ne fut un vrai courant avec manifestes, chefs de file reconnus, oeuvres collectives etc etc

C'est un phénomène, une appellation à-postériori...mais c'est tout. Il serait plus juste de parler de "ceux qu'on appelle aujourd'hui poètes maudits", et encore... le terme est abusif pour certains car les critères sont flous.
Ancien72
comrank
34 ans (F)
Autre pays d'Asie
Tuesday 18 July 2006 à 03:35
Citer +Citer
je me suis mal exprimee
Je resume ce que je voulais dire
j entendais par "chef de file" l un de ces poetes les plus illustres...celui qui represente le plus a nos yeux ce style...bien qu ils different tous en effet et qu un style unique soit objectivement impossible a degager

sans idee de lien de subordination..
Mais c est tres subjectif car pour moi c est Baudelaire et pour d autres cela pourrait etre Verlaine ou Rimbaud...Ils sont tous les trois tres renommes ...

Par ailleurs il n y avait pas de courant unifie a l epoque c est vrai
C est par la suite,bien apres,que l on a rassemble ces ecrivains tres differents sous l appelation" Poetes Maudits"et que l on en a fait une sorte de courant...
Oui auteurs tres heterogenes bien qu ayant en commun le mal d une epoque


Etant fatiguee j ai eu du mal a y mettre les termes precis...
Voila pour la clarification...
Je voyais les choses ainsi...

Ce message a été modifié par sandie72 - Tuesday 18 July 2006 à 03:45.
Loudon Dodd
comrank
Tuesday 18 July 2006 à 11:53
Citer +Citer
il me semble que Verlaine citaitt Mallarmé dans la catégorie des poètes maudits, alors que la vie de celui-ci ne ressemble pas beaucoup au topos de l'existence des "poètes maudits".

(quant à Poe, on a souvent une vision un eu biaisée de sa vie, notamment parce qu'après sa mort, on l'a beaucoup diffamé - concernant son éthylisme par exemple)
Ancien72
comrank
34 ans (F)
Autre pays d'Asie
Tuesday 18 July 2006 à 11:57
Citer +Citer
Cette "categorie" a en effet des contours bien imprecis...
TR33347
comrank
Belgique
Thursday 20 July 2006 à 00:04
Citer +Citer
QUOTE (Loudon Dodd @ 18 Jul 2006 à 12:53)
il me semble que Verlaine citaitt Mallarmé dans la catégorie des poètes maudits, alors que la vie de celui-ci ne ressemble pas beaucoup au topos de l'existence des "poètes maudits".

(quant à Poe, on a souvent une vision un eu biaisée de sa vie, notamment parce qu'après sa mort, on l'a beaucoup diffamé - concernant son éthylisme par exemple)

Au secours! Que le cher Edgard ait un peu abusé du bourbon, on s'en tape!
Ce n'est pas parcequ'il a été traduit par Baudelaire qu'il prend place dans ce qu'il est convenu d'appeler la poésie.

Bien sûr, il y a le "corbeau" et même la fin monumentale de "Gordon Pym" mais où est la poésie dans "le double assassinat de la rue Morgue", "la lettre cachée", "le chat noir" : du génie à l'état pur (oups, je suis subjectif) mais certainement pas de la poésie (à moins bien sûr de considérer tout écrit fantastique ou policier comme de la poésie).

Je suis très conscient d'être le parfait emmerdeur mais j'aime les définitions claires : qu'est ce que la poésie? qu'est-ce que la vérité artistique?
Loudon Dodd
comrank
Thursday 20 July 2006 à 11:49
Citer +Citer
Désolé si tu ne connais pas l'oeuvre poétique d'Edgar Poe (traduite par Mallarmé essentiellement).

Mais tu peux toujours combler cette lacune en te procurant l'ouvrage publié aux éditions Gallimard, collection "poésie".
Loudon Dodd
comrank
Thursday 20 July 2006 à 13:34
Citer +Citer
QUOTE (TR33347 @ 20 Jul 2006 à 01:04)
du génie à l'état pur (oups, je suis subjectif)

Tu es surtout dans la généralité vague, pour quelqu'un qui dit aimer les "définitions claires".
TR33347
comrank
Belgique
Thursday 20 July 2006 à 19:46
Citer +Citer
QUOTE (Loudon Dodd @ 20 Jul 2006 à 14:34)
Tu es surtout dans la généralité vague, pour quelqu'un qui dit aimer les "définitions claires".

J'avoue très humblement mon incompétence, mes contradictions...
Dans ce sujet, comme dans celui consacré à la vraie littérature, je me contenterai de lire les avis de spécialistes, sans formuler de commentaires.
Mister_Saltarello
comrank
Thursday 20 July 2006 à 19:56
Citer +Citer
Bien que Mallarmé n'ait pas mené la vie tourmentée qu'on a trop l'habitude d'attribuer à ces poètes, il n'en demeure pas moins un Maudit, en ceci que le Poète Maudit aspire à un Absolu (le fameux Azur, chez Mallarmé) dont l'accès est entravé par ses propres inclinations négatrices (la fainéantise, par exemple), la société à caractère bourgeois dans laquelle il vit, et enfin par la difficulté de créer.
C'est de cette dernière qu'il s'agit dans le sonnet intitulé "Le sonneur", poème qui trouve sa place dans les premiers travaux de Mallarmé, qui ont précisément pour sujet l'inaccessibilité de l'Azur et le manque de résultats probants de l'activité créatrice.


Le sonneur

Cependant que la cloche éveille sa voix claire
A l'air pur et limpide et profond du matin
Et passe sur l'enfant qui jette pour lui plaire
Un angélus parmi la lavande et le thym,

Le sonneur effleuré par l'oiseau qu'il éclaire,
Chevauchant tristement en geignant du latin
Sur la pierre qui tend la corde séculaire,
N'entend descendre à lui qu'un tintement lointain.

Je suis cet homme. Hélas! de la nuit désireuse,
J'ai beau tirer le câble à sonner l'Idéal,
De froids péchés s'ébat un plumage féal,

Et la voix ne me vient que par bribes et creuse!
Mais, un jour, fatigué d'avoir en vain tiré,
O Satan, j'ôterai la pierre et me pendrai.
Loudon Dodd
comrank
Thursday 20 July 2006 à 21:14
Citer +Citer
QUOTE (TR33347 @ 20 Jul 2006 à 20:46)
J'avoue très humblement mon incompétence, mes contradictions...
Dans ce sujet, comme dans celui consacré à la vraie littérature, je me contenterai de lire les avis de spécialistes, sans formuler de commentaires.

Tout compte fait, je pense que cela vaut mieux.
Loudon Dodd
comrank
Thursday 20 July 2006 à 21:15
Citer +Citer
QUOTE (Mister_Saltarello @ 20 Jul 2006 à 20:56)
Bien que Mallarmé n'ait pas mené la vie tourmentée qu'on a trop l'habitude d'attribuer à ces poètes, il n'en demeure pas moins un Maudit, en ceci que le Poète Maudit aspire à un Absolu (le fameux Azur, chez Mallarmé) dont l'accès est entravé par ses propres inclinations négatrices (la fainéantise, par exemple), la société à caractère bourgeois dans laquelle il vit, et enfin par la difficulté de créer.
C'est de cette dernière qu'il s'agit dans le sonnet intitulé "Le sonneur", poème qui trouve sa place dans les premiers travaux de Mallarmé, qui ont précisément pour sujet l'inaccessibilité de l'Azur et le manque de résultats probants de l'activité créatrice.

C'est le point de vue que défend Verlaine, non ?
Mister_Saltarello
comrank
Sunday 23 July 2006 à 05:05
Citer +Citer
QUOTE (Loudon Dodd @ 20 Jul 2006 à 22:15)
QUOTE (Mister_Saltarello @ 20 Jul 2006 à 20:56)
Bien que Mallarmé n'ait pas mené la vie tourmentée qu'on a trop l'habitude d'attribuer à ces poètes, il n'en demeure pas moins un Maudit, en ceci que le Poète Maudit aspire à un Absolu (le fameux Azur, chez Mallarmé) dont l'accès est entravé par ses propres inclinations négatrices (la fainéantise, par exemple), la société à caractère bourgeois dans laquelle il vit, et enfin par la difficulté de créer.
C'est de cette dernière qu'il s'agit dans le sonnet intitulé "Le sonneur", poème qui trouve sa place dans les premiers travaux de Mallarmé, qui ont précisément pour sujet l'inaccessibilité de l'Azur et le manque de résultats probants de l'activité créatrice.

C'est le point de vue que défend Verlaine, non ?

Je ne sais, je n'ai pas lu Les Poètes maudits.
TR33347
comrank
Belgique
Sunday 23 July 2006 à 23:16
Citer +Citer
QUOTE (Loudon Dodd @ 20 Jul 2006 à 22:14)
QUOTE (TR33347 @ 20 Jul 2006 à 20:46)
J'avoue très humblement mon incompétence, mes contradictions...
Dans ce sujet, comme dans celui consacré à la vraie littérature, je me contenterai de lire les avis de spécialistes, sans formuler de commentaires.

Tout compte fait, je pense que cela vaut mieux.

dont acte vous est donné; je me réjouis de lire un (autre) avis intelligent de votre part biggrin.gif
Maat
comrank
Tuesday 25 July 2006 à 10:16
Citer +Citer
Moi je dirais Rimbaud en premier puis Lautréamont :

CODE

Moi, comme les chiens, j'éprouve le besoin de l'infini... Je ne puis, je ne puis contenter ce besoin! Je suis fils de l'homme et de la femme, d'après ce qu'on m'a dit. Ça m'étonne... je croyais être davantage! Au reste, que m'importe d'où je viens? Moi, si cela avait pu dépendre de ma volonté, j'aurais voulu être plutôt le fils de la femelle du requin, dont la faim est amie des tempêtes, et du tigre, à la cruauté reconnue: je ne serais pas si méchant.


ou

CODE
Plût au ciel que le lecteur, enhardi et devenu momentanément féroce comme ce qu'il lit, trouve, sans se désorienter, son chemin abrupt et sauvage à travers les marécages désolés de ces pages sombres et pleines de poison; car à moins qu'il n'apporte dans sa lecture une logique rigoureuse et une tension d'esprit égale au moins à sa défiance, les émanations mortelles de ce livre imbiberont son âme comme l'eau le sucre. Il n'est pas bon que tout le monde lise les pages qui vont suivre; quelques-uns seuls savoureront ce fruit amer sans danger. Par conséquent, âme timide, avant de pénétrer plus loin dans de pareilles landes inexplorées, dirige tes talons en arrière et non en avant. Écoute bien ce que je te dis : Dirige tes talons en arrière et non en avant, comme les yeux d'un fils qui se détourne respectueusement de la contemplation auguste de la face maternelle; ou plutôt comme un angle à perte de vue de grues frileuses méditant beaucoup, qui, pendant l'hiver, vole puissamment à travers le silence, toutes voiles tendues, vers un point déterminé de l'horizon d'où tout à coup part un vent étrange et fort, précurseur de la tempête. La grue la plus vieille et qui forme à elle seule l'avant-garde, voyant cela, branle la tête comme une personne raisonnable, conséquemment son bec aussi qu'elle fait claquer, et n'est pas contente (moi non plus, je ne le serais pas à sa place), tandis que son vieux cou, dégarni de plumes et contemporain de trois générations de grues, se remue en ondulations irritées qui présagent l'orage qui s'approche de plus en plus. Après avoir de sang-froid regardé plusieurs fois de tous les côtés avec des yeux qui renferment l'expérience, prudemment, la première (car c'est elle qui a le privilége de montrer les plumes de sa queue aux autres grues inférieures en intelligence), avec son cri vigilant de mélancolique sentinelle, pour repousser l'ennemi commun, elle vire avec flexibilité la pointe de la figure géométrique (c'est peut-être un triangle, mais on ne voit pas le troisième côté que forment dans l'espace ces curieux oiseaux de passage), soit à babord, soit à tribord, comme un habile capitaine; et, manœuvrant avec des ailes qui ne paraissent pas plus grandes que celles d'un moineau, parce qu'elle n'est pas bête, elle prend ainsi un autre chemin philosophique et plus sûr.


ce livre est un bijoux

Profanation de cros est superbe

CODE

Profanation
Je n'ai pas d'ami,
Ma maîtresse est morte.
Ce n'est qu'à demi
Que je le supporte.

Peut-on vivre seul ?
Mon désir qui dure
Retrousse un linceul
Plein de pourriture.

Comme elle a blêmi
Sa chair fière et forte
Sur qui j'ai dormi !
Partons sans escorte !

Pire qu'un aïeul,
Sans broncher j'endure
L'odeur du tilleul
Les bruits de ramure.

Musc, myrrhe, élémi,
Chants de toute sorte,
Je m'endors parmi
Votre âcre cohorte.

Je puis vivre seul,
Car j'ai la peau dure.
Recouvre, linceul,
Cette pourriture.


Et j'arrête mf_dribble.gif parceque ces fous ne me lassent jamais
Ancien72
comrank
34 ans (F)
Autre pays d'Asie
Sunday 30 July 2006 à 05:21
Citer +Citer
Ouiiii!un bijou malefique et delicieux dont on n arrive plus a se defaire apres l avoir essayé! happy.gif


Suggestion de sujets



A voir sur le portail Livenet.fr Actu et culture
Vie Quotidienne
Arts et loisirs
High tech
Amour et sexe
Musique
Real TV
Nos partenaires Partenaires : php - Vidéos - PS3 - Cinéma - voyage - Séries en DVD - Jeux gratuits
Contact et infos Le blog Livenet
Suggestions sur Livenet
Aide générale Livenet - Aide du Forum
Charte du forum
Mentions légales
Reporter un abus
Reporter un bug

Copyright © 2004-2013 Tigersun - Tous droits réservés - Powered By IP.Board © 2014  IPS, Inc.